SNUipp - FSU Seine et Marne 77
https://77.snuipp.fr/spip.php?article7746
Projet Loi de Finance 2022
mardi, 5 octobre 2021
/ Thierry Grignon

Celui-ci s’inscrit dans un contexte de reprise économique, renforcé par une relative accalmie sur le front sanitaire (bénéfices de la vaccination, levée progressive des restrictions sanitaires…) et les effets du plan de relance.

Le budget est construit sur une prévision de croissance estimée à+4% pour 2022 et +6% pour 2021. Le gouvernement mise sur une reprise durable de la consommation et un rebond des investissements, déjà amorcés en 2021 grâce aux mesures d’urgence et de relance en faveur des ménages et des entreprises. L’inflation est estimée à 1,5% pour 2022.

Le déficit public s’établirait à 4,8% du PIB, en forte réduction en comparaison des 8,4% de 2021. Le niveau d’endettement public est revu à la baisse à 114% du PIB (115,6% en 2021). Le volume de dépense publique connaît une baisse significative sous l’effet de l’extinction progressive des mesures d’urgence.

Éducation nationale

Le budget total s’élève à 57 Mds€ (+1,9 Mds€), hors contributions aux pensions de l’État (78,7 Md€ pensions comprises).

Sur le périmètre enseignement scolaire, le budget s’élève à 55,2 Mds€ (+1,6 Mds€). En réalité, le budget en euros constants, c’est à dire corrigé de l’inflation estimée à 1,5%, n’est en hausse que de 0,8 Mds€. Les dépenses de personnel absorbent déjà un peu plus de 0,7 Mds€.

On est donc bien loin de la « poursuite d’une croissance forte des moyens » annoncée par le ministère pour 2022 !

Le plafond d’emplois global s’établit à 1 023 445 ETPT pour le périmètre enseignement scolaire.

Emplois Éducation Nationale

2022 1 023 445 ETPT
2021 1 022 496 ETPT
2020 1 022 849 ETPT
2019 1 027 527 ETPT
2018 1 021 721 ETPT

Il y aura 50 créations d’emplois en 2022, dont bénéficieront les services administratifs.

La baisse démographique est estimée à -81 000 élèves à la rentrée 2022.

La « priorité donnée à l’école primaire » se poursuit, mais à moyens constants : aucun emploi supplémentaire n’est créé en 2022 dans le premier degré ! Il faudra tout de même achever la limitation à 24 élèves par classe en GS, CP et CE1, poursuivre le dédoublement des GS en éducation prioritaire, augmenter les décharges des directeurs et directrices d’école, et créer des emplois d’IEN dédiés aux missions de contrôle de l’instruction en famille et des écoles hors contrat.

Le gouvernement n’a toujours pas tiré de leçons de la crise, ni dégagé les priorités en matière de besoins sociaux. Le choix est fait de ne pas affecter le financement nécessaire pour investir dans les services publics en refusant de mettre à contribution les ménages les plus aisés, les grandes entreprises et en développant la lutte contre la fraude et l’optimisation fiscale.

Pour le SNUipp-FSU, ces choix politiques passent à côté des urgences accentuées par la crise sanitaire. Dans l’éducation, la priorité accordée au primaire reste totalement virtuelle sans création de postes supplémentaires.

Dans les semaines à venir, le SNUipp-FSU interpellera les parlementaires à tous les niveaux pour porter le bilan des quatre années écoulées et exiger d’autres choix pour l’éducation.

©Copyright 2006 - SNUipp - FSU Seine et Marne 77, tous droits réservés.