www.snuipp.fr

SNUipp - FSU Seine et Marne 77

Thèmes abordés


30 avril 2022

ZOOM sur les évaluations d’école

À la rentrée 2021, le Ministre a lancé une expérimentation portant sur l’« évaluation des écoles », qui a vocation à être généralisée. Au niveau national, la généralisation est prévue pour la rentrée 2022, sur la base annuelle de 20% des écoles, soit à terme une évaluation tous les 5 ans pour chaque école. Nous avons profité du groupe de travail du 19 avril pour interroger la DASEN au sujet des évaluations d’école : début d’éléments de réponse

Les évaluations d’école : beaucoup de questions et de doutes !

La DASEN nous a présenté ces évaluations d’école comme une chance offerte aux écoles pour bénéficier de formations au plus proche des besoins des équipes, un espace de parole "hors rapport hiérarchique", "un travail qui va aider les équipes à mettre en œuvre le projet d’école" ...

Malgré toutes ces "belles" paroles, vos représentants du SNUipp-FSU77 ont largement fait part de leurs doutes, de leurs interrogations face à ces évaluations d’école issues de la loi dite "pour une école de la confiance".

Plusieurs questions restent sans réponse à ce jour :

- sur quels critères sont recrutés les "évaluatrices et les évaluateurs" ?
- quel rôle attribué aux parents d’élèves ? aux élus ?
- quel contenu pour les entretiens individuels ou collectifs ?
- quel temps temps dégagé pour les équipes, pour les directrices pour la concertation avant l’auto-évaluation ?
- ...

Le SNUipp-FSU s’est emparé du sujet des évaluations d’école dès le mois de décembre (article) et compte bien continuer à exiger des réponses à toutes vos questions.

Il est en effet très difficile d’accorder sa confiance à une nouvelle injonction tout droit sortie du ministère de l’éducation nationale après les 5 années que la profession vient de subir !

Vous pouvez compter sur la vigilance du SNUipp-FSU77.

Nous dénonçons le caractère « tombé d’en haut » de ce dispositif dont ni les personnels des écoles ni les IEN n’étaient demandeur.ses. Ce vécu est amplifié dans la période de pandémie que nous subissons toutes et tous.

Les questions de l’absence de temps dédié et des finalités de ce dispositif sont soulevées. Le SNUipp-FSU a également noté le manque de rigueur des questionnaires adressés aux familles et aux élèves. Par ailleurs, ce dispositif amplifie la dépossession des équipes sur leur métier : pas de réel choix des indicateurs, flou entretenu entre évaluation de la structure et des agent.es, peu d’influence sur les marges de manœuvre dans l’écriture du projet d’école…

Enfin, à notre connaissance, aucun moyen supplémentaire n’est prévu, ni en temps dédié ni en personnel, alors que ce dispositif a été jugé très chronophage par les premières équipes l’ayant expérimenté. Ce constat est d’ailleurs partagé par le Conseil d’Evaluation de l’Ecole.

Voici en résumé, les réponses de la DASEN apportées lors du groupe de travail du mardi 19 avril 2022 (article dans son intégralité)

Question de la FSU77 : Evaluation d’école : Comment cela va-t-il se déployer à la rentrée de septembre et selon quelles modalités ? Quand les écoles concernées seront-elles prévenues ?

Cette question a été abordée longuement. Elle soulève de nombreuses interrogations de la part de la FSU 77. Nous serons vigilants à leur mise en place, notamment sur les documents élaborés par l’administration.

Il est prévu 20 % des "entités" évaluées par an (1070 écoles dans le 77).

commune de moins de 4 écoles = 1 entité

mater + élem = 1 entité

2 périodes : novembre / décembre puis mars / avril.

En mai, une formation des évaluateurs sera mise en place. Ces évaluateurs seront neutres, déontologiquement engagés, externes, et mixtes. Cela concerne 60 à 120 personnes. Des groupes de 3 ou 4 personnes iront donc dans les écoles.

Rôle prépondérant du directeur.

Une cellule d’appui départemental sera mise en place afin d’aider les équipes dans leur évaluation.

Un rapport sera élaboré, en discussion avec les équipes, puis envoyé à l’équipe, à l’IEN et au maire.

Quel est ce dispositif ?

Issue de la loi dite « pour une École de la confiance », massivement rejetée par la communauté éducative en 2019, cette évaluation se déroule en deux phases :
- une phase d’autoévaluation, qui a pour but « d’analyser l’école dans sa globalité » en intégrant les temps scolaires (acquis des élèves, vie dans l’école) et périscolaires, en faisant participer les enseignant-es de l’école, les parents, les élèves et la collectivité locale,
- une phase d’évaluation externe, conduite par des personnels désignés par le DASEN et n’intervenant pas dans l’école (IEN, directeur-trice, chef-fe d’établissement, CPC, enseignant-e…), qui produisent un rapport d’évaluation.

Le SNUipp-FSU 77 alerte tout d’abord sur les indicateurs proposés :

- les évaluations nationales de CP et CE1, largement contestées par les enseignant-es comme par la communauté scientifique, donnent un image biaisée de la réussite des élèves, en ne prenant en compte qu’une part réduite des compétences,

- des questionnaires « de satisfaction » aux parents et aux élèves qui amènent principalement à évaluer les attitudes et pratiques des enseignant-es et qui risquent d’instaurer une relation "clientéliste" inacceptable et en opposition avec les missions et valeurs du Service public.

Par ailleurs, quel que soit le diagnostic posé, au regard du budget insuffisant alloué à l’Éducation nationale, les équipes perçoivent bien qu’il ne sera pas possible d’agir sur des éléments pourtant majeurs, à la fois pour la réussite des élèves, comme pour les conditions de travail des personnels : effectifs par classe, formation continue des enseignant-es et AESH, aides spécialisées…

Enfin, s’il est nécessaire de prendre du recul sur les pratiques professionnelles, individuelles et collectives, sur le fonctionnement de l’école, le SNUipp-FSU 77 dénonce l’absence de temps dédié à cette évaluation et la charge supplémentaire de travail induite, particulièrement pour les directeur-trices d’école.

Le SNUipp-FSU 77 s’oppose à ce nouvel outil de management Le SNUipp-FSU Paris s’oppose à cette démarche qui relève plus d’une forme de management que d’un levier pour améliorer la réussite des élèves. Le risque est grand d’accentuer la mise sous tutelle des équipes enseignantes, les plaçant dans une logique de « comptes à rendre ».

Ce dispositif n’est pas une solution pour faire réussir tous-tes les élèves. Le SNUipp-FSU 77 sera aux côtés de toutes les équipes qui demanderont le report ou refuseront de s’inscrire dans ce dispositif.

Après la suppression du CNESCO, le Ministère préfère évaluer les écoles plutôt que ses réformes

 

81 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp - FSU Seine et Marne 77, tous droits réservés.