www.snuipp.fr

SNUipp - FSU Seine et Marne 77

Thèmes abordés


25 avril 2006

Formation continue : le coup de gel

Restrictions budgétaires, gestion des moyens à flux tendus, la formation continue (FC) poursuit sa période de vaches maigres. Les cartes scolaires s’achèvent dans les départements avec leur lot de fermetures de postes de remplaçants quand se mulitiplient par ailleurs les décisions d’amputation des budgets de fonctionnement de la FC.

Les moyens de remplacement tout d’abord. Les mesures de carte scolaire confirment la tendance à la diminution et à la suppression des contingents spécifiques de remplaçants de la F.C, communément appelés « brigades de formation ». Disparue à cette rentrée dans la Drôme (23 T.R [1]), amputée de 60 % dans l’Aisne (carte scolaire 2006).

Et le plus souvent détournée comme actuellement dans le Gers, l’Yonne où respectivement 53 et 50 % des effectifs sont utilisés au remplacement des maîtres absents, etc... Là où les brigades FC n’existent pas, les T.R affectés au remplacement des maîtres en stage sont rappelés pour le remplacement d’un maître malade, des stages sont supprimés, le plus souvent durant l’hiver ou les taux d’absence pour maladie connaissent un pic. C’est actuellement le cas dans le Doubs, le Bas-Rhin. L’enseignant est souvent contraint en bout de course de renoncer à se former.

Du fait de la baisse sensible des moyens de remplacement (TR), la formation continue bénéficie maintenant pour l’essentiel des moyens de la formation initiale : les PE2 quand ils sont en stage. Les baisses enregistrées du nombre de recrutement en IUFM réduisent d’autant les possibilités. C’est vrai depuis septembre dernier dans le Rhône, la Loire, le Morbihan, et les Landes. De ce point de vue, la baisse de 13 % des recrutements de P.E par concours externe au budget 2006 aura des conséquences douloureuses à très court terme.

Restent les budgets : indemnisation des déplacements des stagiaires, moyens de fonctionnement des stages... Ils font actuellement l’objet de coupes et leur remise en question en cours d’exercice à les effets les plus radicaux sur la formation continue. Arriérés parfois importants, anticipations sur budget interdites, mise en place de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF [2] ), crainte de dépasser les budgets alloués, prévisions en deçà, les Inspecteurs d’académie engagent dans plusieurs départements des économies drastiques.

Baisse de 30 % des crédits dans les Hauts-de-Seine, 20 % de baisse dans la Drôme pour la deuxième année consécutive où ne subsiste plus que la formation institutionnelle (Stages directeurs, langues vivantes, stages longs AIS), 18 % dans l’Indre et 50 % dans la Nièvre. En Côte D’or, l’I.A. vient d’annoncer l’étalement du budget sur 13 mois au lieu de l’année civile. Résultat les frais de déplacement sont supprimés pour les petits stages, réduits de moitié pour les stages longs à partir de la rentrée des congés de printemps... Dans l’Aisne la diminution des budgets conduit à supprimer l’intervention des maîtres formateurs dans la F.C. Que deviennent dans ce contexte la qualité de l’offre et la réponse aux besoins de formation ?

Mardi 4 avril 2006

[1] Titulaires Remplaçants : terme équivalent à ceux de BD et de ZIL dans certains départements

[2] La FSU77 propose un stage "LOLF" le mardi 30 mai. Ce pour nous permettre de mieux comprendre comprendre cette loi, d’en connaître le contenu et d’appréhender les nombreuses conséquences de sa mise en œuvre Plus d’informations sur ce stage

 

52 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp - FSU Seine et Marne 77, tous droits réservés.