www.snuipp.fr

SNUipp - FSU Seine et Marne 77

Thèmes abordés


28 avril 2020

Paroles de collègues MAJ mercredi 29 avril

Les enseignants du 77 apportent des témoignages de leur quotidien. Envoyez-nous les vôtres pour publication à snu77@snuipp.fr.

La décision de les publier sur notre site ne vaut pas automatiquement et nécessairement approbation de leur contenu. Mais il nous semble important, en cette période inédite où nous sommes isolé.es physiquement et coupé.es de notre collectif de travail, que des avis, des ressentis puissent s’exprimer, tant qu’ils ne contiennent pas de mise en cause personnelle ou à caractère injurieux ou grossier.

Pensez à anonymer les noms des personnes et des lieux.

21. Courriel d’une directrice d’école de Seine-et-Marne à son IEN

Je viens de suivre l’intervention de M. le Premier Ministre et malheureusement je ne trouve pas les réponses concrètes qui piloteront la réouverture des écoles. Les collègues me font remonter leur inquiétude, et je vous transmets les questions - les premières questions - qui remontent :
- Le 11 mai, tous les enseignants doivent-ils être présents ? 
- Est-ce une sorte de prérentrée d’organisation ? pour une ou deux journées ?
- Si des collègues sont à risques et donc absentes, est-ce du télétravail ou une absence ? Que faire de leurs élèves ?
- Est-ce pour tous les niveaux d’élèves, ou comme dit précédemment pour les GS/CP et CM2 ?
- Comment gérer du présentiel et du distanciel, c’est double travail ?
- Les enfants de soignants seront-ils accueillis tous les jours si on doit alterner afin de faire des groupes de 15 maximum ?
- De même pour les enfants d’enseignants
- Quelle procédure pour la cantine, vu que le conseil scientifique préconise un repas « sur table » dans la classe ?  Ce ne sont que les premières questions puisque nous avons réunion avec vous jeudi, puis je rencontre le Maire, mes collègues et le conseil d’école en suivant, je pense que bien des questions seront soulevées à ces différentes occasions. En l’attente de vous lire, je vous souhaite une bonne santé, cordialement.

20. Une collègue de CP de la circonscription de Dammarie-les-Lys

Bonjour, Je viens de lire le document que vous venez d’envoyer concernant les questions que pose la reprise du 11 mai et je tiens à vous féliciter pour leur pertinence. Je suis ravie d’avoir l’impression d’être comprise quelque part et je vous apporte tout mon soutien. Je ne sais pas si je pourrai participer à la RIS [par visio] pour des raisons personnelles mais je trouve que c’est une très bonne idée. Merci encore pour les informations que vous nous apportez et pour votre tentative de protéger la communauté éducative. Bonne journée.

19. Une série de messages de collègues sur la page Facebook du SNUipp-FSU 77

[Transports scolaires] Et les transports scolaires pour les RPI, on en parle ? Qui désinfecte les bus pour les enfants (accoudoirs, ceintures...) ? Arrivée échelonnée impossible... ils arrivent tous dans un bus ! Pas de cantine sur place, elle est dans le village à 10 km, de même que la garderie... 15 élèves en même temps c’est beaucoup trop pour pouvoir respecter les distanciations sociales... Et franchement les enfants ne peuvent pas respecter ces mesures... ce sont des enfants qui heureusement gardent leur insouciance (j’en ai fait l’expérience ce week-end avec mon propre fils de presque 10 ans).

[Médias] Malheureusement, aucun représentant syndical n’est invité sur les plateaux télé pour répondre aux questions. On préfère laisser parler des médecins, des maires, des consultants politiques... notre voix n’est pas entendue... Je soulève une autre contradiction : on parle d’école facultative mais elle ne le sera pas pour nos propres enfants ! Nous devrons les jeter en pâture quel que soit notre point de vue. C’est une honte !

[Remerciements] Bravo ! Merci pour ce que vous faites ! Je n’ai jamais eu l’esprit syndical jusqu’au jour où j’ai intégré l’Education nationale, là j’ai compris ❤

[Masques] Le minimum vital selon moi pour être en sécurité : deux masques chirurgicaux par jour par enfant et par adulte. Si pas de masque pour les enfants (ce qui semble se dessiner vu la pénurie de masques) 2 masques FFP2 par jour pour les enseignants (plus évidemment deux mètres entre chaque table, du savon, du papier jetable pour s’essuyer les mains, des mouchoirs jetables...). Si on n’a pas ce MINIMUM alors DROIT DE RETRAIT !

[Dégoûtée] Raison économique : nation apprenante, école suffocante mais qu’importe, il faut retourner travailler. Dégoûtée

[Bas les masques…] Des connaissances travaillant dans les hôpitaux m’expliquaient hier la contrainte qu’est de porter un masque... chaleur excessive, ça gratte, ça fait des escarres etc. etc. que des trucs sympas ! Ça va être génial avec des classes où il va faire 30 degrés cet été !

[Enlève ton masque…] Alors... les élèves ne sauront pas les mettre. Donc je vais devoir leur mettre… tous les toucher les uns après les autres. Donc il me faut une paire de gants neuve à chaque fois que je vais leur en remettre. Pour la phono, ça va pas être simple, les élèves vont le tripoter, le déchirer, l’enlever, ça va les gratter, les gêner, etc, etc. Je vais devoir avoir besoin de masques en plus que de ceux nécessaires. Et puis ils vont se moucher peut-être, donc nouveau masque à chaque fois.... Mais bon… c’est pas grave, on est protégé, les restos sont fermés.

18. Une professeure des écoles de CE 1 de Seine-et-Marne

Je tiens à vous remercier pour l’énergie que vous passez à nous informer dans ce moment inédit que nous vivons. J’ai téléphoné au SNUipp pendant les vacances pour une demande d’ordre professionnel. La personne qui m’a répondu m’a dit qu’elle transmettait ma question à un délégué du personnel et il m’a rappelé le soir même. Je ne suis pas syndiquée, plutôt par « négligence » de ma part que par désaccord. Je le ferai lors de la prochaine rentrée scolaire. Encore merci à vous.

17. Une maîtresse de Seine-et-Marne répond à son IEN au sujet du soutien pendant les vacances

Les élèves en difficulté sont souvent ceux qui sont le moins dotés en outils numériques. Je fais régulièrement des classes virtuelles, et c’est à ce moment-là que j’ai le moins de monde. Mes élèves et leurs parents sont volontaires et me renvoient quotidiennement leur travail, mais la connexion en classe virtuelle pose souvent problème à cause du débit internet. Par exemple, les enfants qui vivent à l’hôtel n’ont jamais pu être présents. J’aimerais savoir également comment on peut travailler l’écriture et la lecture de façon qualitative avec des élèves en difficulté qui n’ont qu’un smartphone pour accéder aux textes…. Je veux bien faire du soutien, si celui-ci est organisé de manière qualitative et non pour parfaire la communication de certains…

16. Message d’une maîtresse d’école de Seine-et-Marne en élémentaire, au sujet de l’article du SNUipp-FSU 77 concernant les « vacances apprenantes ».

Bonjour, Je vous remercie pour ce texte. Effectivement, quelques familles me font part de leurs difficultés malgré l’intérêt qu’elles portent à leur enfant (télétravail avec un seul ordinateur pour toute la famille, problème de connexion internet, voire absence, problème des enfants vivant mal leur confinement, absence d’espace...). Ces enfants, qui auraient besoin de soutien, n’y auront pas droit car ils n’ont pas accès au réseau. Bon courage à tous !

15. Message d’un maître d’école syndiqué au SNUipp-FSU 77

Dans le message vidéo de M. Blanquer aux enseignant.es annonçant les stages scolaires pendant les vacances de Pâques, on peut l’entendre dire ceci, à 2 min 14 s : "Ce temps scolaire sera aussi un atout précieux pour faciliter le retour de tous les élèves sur les bancs virtuels de l’école et réduire ainsi les fractures scolaires et les inégalités de destin." Ach ! Le destin… C’est celui qui frappe à la porte : « ♪ ♫ Pom pom pom pom… ♫ ♪ » comme disait Ludwig Van. C’est donc « le destin » qui permit à M. Blanquer de faire sa scolarité au collège Stanislas, établissement privé catholique situé dans le 6ème arrondissement de Paris. Pas les inégalités sociales. C’est donc « le destin » qui lui permit d’être étudiant à l’université Harvard, grâce à la bourse d’excellence Lavoisier du ministère des Affaires étrangères. Pas les inégalités de revenus. Sacré destin ! Comme le disaient les Inconnus dans un fameux sketch-chanson « ♪ ♫ Prends-toi en main, c’est ton destin ! ♪ ♫ »

14. Lettre d’un directeur de Seine et Marne : Mais de qui se moque-t-on ?

Depuis le début du confinement, nous sommes en guerre .

A la demande du ministre, des bataillons de volontaires enseignants se sont constitués pour garder les enfants de soignants, soignants en prise directe avec les malades, au contact de l’invisible virus, au contact de la mort.

Et voilà que j’entends, que des recteurs, des rectrices, des inspectrices, des inspecteurs nous sortent des propos issus de scientifiques disant que les masques, les gants ne sont pas indispensables à l’accueil des enfants de soignants.

Mais de qui se moque-t-on ?

Des enseignantes de Pannes, dans le 45, ont accueilli des enfants sans protection : 5 malades.

J’apprends que des directeurs, des directrices, inscrits sur une liste de volontaires, quand ils accueillent les enfants dans leur école, restent dans leur bureau et ne vont pas au contact des enfants. Quand on est directeur, n’est-on pas enseignant comme ses collègues, voire même citoyen ?

Ces listes de volontaires, très bien organisées par les inspections départementales, manquent désespérément de conseillers pédagogiques ou d’inspecteurs. Ne sommes-nous pas en guerre ? Ne sont-ils pas des citoyens avant toute chose ?

La valeur d’exemplarité demandée aux enseignants, toujours ressassée par certains, n’est-il pas le moment de l’appliquer à soi-même ?

Dans cette épreuve nationale, moi petit directeur de Seine et Marne, j’applaudis tous les enseignants qui vont tous les matins, mettre en danger leur personne ainsi que leurs proches à la rencontre de ces petits porteurs sains que nous aimons tant !

Vive les enseignants, vive la République, vive la France !

13. Une contribution écrite sur la page Facebook du SNUipp 77 https://www.facebook.com/snuippfsu.seineetmarne

Manifestons dès le déconfinement pour une très grande revalorisation salariale et des moyens supplémentaires dans nos services publics (de santé, d’éducation) ! Désormais, les gens seront avec nous et la police n’osera plus nous taper dessus ! Rétablissons l’ISF ! Stoppons les dividendes ! Ne vous inquiétez pas, t’en as qui continuent à s’engraisser ! Payons à leur juste valeur les métiers les plus importants dans notre société. Arrêtons cette mascarade !

12. Une contribution écrite sur la page Facebook du SNUipp 77 https://www.facebook.com/snuippfsu.seineetmarne

Je suis enseignant, ma compagne aussi. Nos enfants sont de bons élèves. Nous avons passé 4h aujourd’hui à faire les devoirs, et ça risque d’être comme ça tous les jours. Est-ce que les enseignants se sont posé la question de la pertinence de la continuité scolaire ? Enseigner c’est avoir une relation réelle, concrète, c’est connaître les élèves, c’est interagir avec eux. Ce n’est pas juste envoyer des fichiers, du travail, ce n’est pas juste corriger non plus. On demande aux parents d’enseigner, de soutenir, de contrôler, d’expliquer avec leurs capacités à enseigner ou pas. Nous on peut, on est enseignant. On leur demande de jouer le rôle de l’enseignant, on leur demande de consacrer un temps qu’ils n’ont peut-être pas, très certainement pas, parce qu’ils ont d’autres choses à gérer. On leur demande de remplacer un système scolaire qui n’est plus en place. Peut-on demander aux parents de combler ce manque ? C’est un métier d’enseigner. Ça s’apprend. C’est du temps. Les parents ne l’ont pas forcément même en confinement. Et que dire des parents qui sont soignants, policiers ou pompiers, qui après leur journée de travail très difficile en ce moment doivent faire les devoirs avec leurs enfants ? Que dire de ces parents qui n’ont pas les aptitudes intellectuelles, sociales et/ou culturelles pour enseigner, pour aider leurs enfants ? Nous sommes en train de creuser les écarts. Est-ce que tout cela est bien raisonnable ? Les enseignants devraient s’interroger sur les contenus, sur la quantité de travail qu’ils donnent, se dire que peut-être ce n’est pas grave si le travail n’est pas fait entièrement, si le programme n’est pas terminé. Le sacro-saint programme. Peut-être est-il important de renforcer les fondamentaux, d’entretenir correctement ce qui a été enseigné à dose raisonnable et en pensant aux parents et non pas aux contenus. Rien de grave peut-être dans tout ça. Est-ce grave si nos enfants ratent certains morceaux des programmes scolaires ? Je ne sais pas. Je m’interroge. Alors oui, on peut travailler un peu chaque jour, mais doit-on réellement compenser, remplacer l’école ? Mais je crois qu’on devrait en profiter pour passer du temps ensemble, se soutenir, échanger, parler avec nos enfants.... Lire.... Jouer.... A voir

PS : Quand nos enfants ne travaillent pas ou peu durant les vacances d’été, reviennent-ils complètement débiles, incultes, inaptes ? Je ne le crois pas. Et pourtant ils ont quand même mûri, grandi. J’aurais tellement aimé entendre notre ministre de l’éducation nationale nous demander de passer du temps en famille, de lire ou se lire des histoires, de jouer ensemble.... de profiter de ce moment exceptionnel pour profiter les uns des autres. Mais non, il faut produire du savoir et des connaissances évaluables.

11. Une maîtresse de Seine-et-Marne nous transmet cette question, posée par le parent d’un de ses élèves.

Bonjour, je suis le père de ******, tout d’abord, merci pour vos efforts et vos implications même si pour nous c’est pas facile. Mais est-ce que l’Éducation nationale prend en compte les fournitures de l’imprimante (papier, encre...) et envisage-t-elle une compensation pour ces frais qui n’étaient pas prévus ? À qui dois-je m’adresser ? Merci et bon courage.

10. Message d’une enseignante en maternelle de Seine-et-Marne à une mère d’élève

Merci pour votre retour et votre petite phrase qui m’a fait sourire. :-) Oui, tout va bien pour notre petite famille même si je me rends compte qu’il est extrêmement compliqué de mener de front la continuité pédagogique de nos élèves et celle de nos propres enfants et, encore, je m’estime heureuse car, contrairement à certains parents, je suis à la maison. Je me pose donc une multitude de questions sur les avantages et les inconvénients de cette continuité pédagogique, sans parler de toutes les difficultés de mise en œuvre. Bonne continuation à toute la famille et bisou à la petite XXX.

9. Parole d’un maître d’école retraité, syndiqué au SNUipp-FSU 77

Ne les oublions pas !

« Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas, compte tenu de la fermeture des écoles, de traverser toute la France pour aller récolter des fraises gariguettes. »

En nous rassurant sur ce qu’elle n’allait pas nous demander et en ramenant sa fraise devant son pupitre, la porte-parole du gouvernement évoquait la fraise - fragaria - d’abord freise (XII ème siècle), altération de l’ancien français fraie, issu du latin fraga, neutre pluriel (de fragum ) pris pour un féminin singulier. Le mot prendra un -se final sous l’influence de framboise.

Mais qui se préoccupe du sort des autres [fʁɛz] dont elle n’a pas parlé ? En ces temps d’évocation du retour aux travaux champêtres, qui donc a une pensée pour la roulette du dentiste, pour le grand col blanc, plissé et empesé porté au XVI eme siècle ou encore la membrane qui enveloppe les intestins du veau et de l’agneau. Cette mise en avant de la fragaria au détriment de ses confrères n’est-elle pas une prise de position partisane qui mérite d’être dénoncée ? Fraises tout comme la fragaria, ne les oublions pas !

8. Un message d’une maîtresse de maternelle en Seine et Marne, qui nous livre des envois de ses parents d’élèves. Tout cela fait chaud au cœur.

Voilà, ce matin nous avons fait le travail sur le caribou. Ici pas de ciseaux, ni de colle pour enfant, juste de grands ciseaux de cuisine et de la colle forte. Donc j’ai découpé, mis la colle, mais c’est lui qui les a collés .Le parcours de motricité fait maison, il adore ! Demain, on fera la plantation du haricot. Pour nous, l’école, c’est que le matin ... au moins il est plus concentré.

J’espère que vous et votre famille allez bien. Je tenais juste à vous remercier de votre implication durant cette période qui n’est facile pour personne. Nous essayons de faire au mieux même et plus le temps passe et plus on se rend bien compte que le métier de maîtresse n’est pas à la portée de tout le monde. Aujourd’hui on va se lancer dans la plantation de graines comme indiqué dans vos activités. Bon dimanche à vous

En ce qui me concerne, c’est plus un manque de disponibilité, car le petit frère a des coliques donc il ne dort pas de la journée et hurle toute la journée également ce qui est quasiment impossible pour nous de faire les devoirs... On profite des micro-siestes de 30 minutes le peu de fois qu’il les fait, mais c est compliqué pour le grand car il ne peut pas se concentrer. .. On essaie de faire au mieux. .. Il reconnaît bien les lettres de son prénom mais est-ce que cette année il doit savoir écrire son prénom en plus de ce que vous nous avez déjà donné ? On a fait un peu de graphisme ce matin et ça allait.

Moi, XXX ne fait rien… Elle ne réclame que l’école malheureusement. Surtout que là où nous sommes, nous n’avons pas grand chose en notre possession pour lui faire beaucoup d’activités.

XXX avait fait ses activités papier avec plaisir ! Pour les activités graphisme...hier elle était en petite forme, donc je n’ai pas insisté. Aujourd’hui, nous étions en activité "ménage". Sinon ça va. Je veux bien vos envois quand même svp. Je m’adapte à son rythme. Et j’alterne avec d’autres activités que nous avons à la maison (peinture, lettres et tableaux, etc.). Merci beaucoup pour tout ! Bonne soirée !

Oui I…. Aussi elle est triste parce que sont école est fermée ... Elle veut XXX (la maîtresse).

Merci, je ne vous cache pas qu’ici on fait comme on peut et surtout quand on peut ... mais l’après midi on profite du soleil dans le jardin

Nous avons fait Caribou hier mais XXX… a du mal à se concentrer et se faire à l’idée qu’elle doit « travailler » aussi à la maison ... Je ne pense pas avoir la patience nécessaire !!! Et j’admire beaucoup ce que vous faites.

Bonjour XXX (la maîtresse), pour nous rythme un peu compliqué à prendre avec XXX car j’ai accouché de sa petite sœur il y a une semaine et c’est un peu difficile, mais on s’améliore petit à petit. Par contre, elle a du mal à se concentrer...

De notre côté ça va. C’est calme. XXX a voulu faire toutes ses activités. J’ai séparé en 2 jours. On joue à la classe. Et je gère en même temps son frère. Mais ça va. On a maintenu plus ou moins le rythme de l’école.

Bonjour XXX (la maîtresse), J’espère ça se passe bien chez vous ? De notre part, les effets secondaires du confinement commencent à apparaître. Je vous remercie pour vos propositions, ça m’aide pour occuper ma petite puce. Elle est tout le temps collée à moi, lol. Bon confinement et content d’avoir de vos nouvelles. A bientôt

Là, c’est une maîtresse qui écrit : Je suis entièrement d’accord avec vous. Les parents de mes élèves sont crevés, en plus de leur travail à la maison, on leur rajoute les devoirs des enfants. Je reçois des appels des parents tous les jours. On est sur une plate forme école directe et tous les jours le serveur est saturé. Bon confinement et prenez soin de vous.

Merci beaucoup pour vos envois.. Nous faisons ce que nous pouvons avec XXX, en sachant que mon mari et moi travaillons. Je me suis procuré également des cahiers d’activités pour le faire travailler... Actuellement nous le faisons travailler sur les chiffres. Mais nous ferons avec lui les activités proposées les week end... La semaine dernière j’ai eu du temps car 4 jours de RTT... Mais ces derniers seront les derniers avant un petit bout de temps, puisque je travaille dans le milieu hospitalier. Bon courage à vous. Merci encore, cordialement.

Merci pour le planning.

Pour les coccinelles, je peux faire des rectangles comme les dominos par exemple ? Je mettrai les points dedans bien sûr. .. ce sera plus clair pour XXX car je ne saurai pas faire sinon, merci. Par contre on ne fait pas toutes vos activités dans la journée. XXX du mal à se concentrer à la maison ... je suis sa maman et pas sa maîtresse, il a du mal à comprendre que c’est pas les vacances et qu’on doit travailler comme à l’école. On le lève tard le matin car les nuits sont courtes ; en ce moment, il est réveillé par son frère, du coup il est fatigué car en plus à la maison il ne fait plus de sieste contrairement à l’école.

7. Vous lirez ci-dessous le message d’un IEN de Loire-Atlantique aux enseignant.es de sa circonscription.

Il nous a semblé utile de le porter à votre connaissance.

« Bonjour,

Ce courriel a pour objet d’évoquer avec vous la question de la continuité pédagogique avec les familles. Comme vous le savez, les écarts sont considérables entre les parents, ceux qui sont aptes à accompagner leurs enfants dans un suivi pédagogique et les autres qui se retrouvent totalement désarmés. Les réseaux sociaux se font l’écho de ce désarroi, s’en amusent parfois (ce qui révèle un caractère comique dont on peut légitimement sourire) - pour autant j’attire votre attention sur la charge cognitive et affective que cette situation de confinement installe dans bon nombre de foyers.

Pour certaines, ce sont des heures de travail, parfois de confrontation, dans un climat de crainte, de peur, relayé par les médias. Nos parents, nos élèves devront « tenir » sur la distance, éviter de s’effondrer, surtout de perdre espoir en l’avenir de leurs enfants ? Je pense sincèrement que la dimension scolaire n’est pas notre seul objectif, il nous faut maintenir aussi un lien de confiance, de bienveillance, voire un lien affectif (je pense aux plus petits) - c’est tout aussi fondamental.

N’inondez pas les familles d’exercices, n’ajoutons pas la pression à l’angoisse, cherchons aussi les mots qu’il faut pour rassurer, encourager : ce n’est pas la fin de la scolarité pour nos enfants confinés, nous devrons le prendre en considération dans quelques semaines et nous avons toutes les compétences professionnelles pour nous adapter lorsqu’ils reprendront le chemin de l’école.

Ne vous mettez pas une pression inconsidérée pour suivre pleinement un « programme » qui ne peut de toute façon pas être mis en œuvre sans votre concours, au quotidien dans la classe. Moi qui suis très porté sur le numérique, comme vous le savez, je n’ai jamais cru à la substitution de l’humain par l’ordinateur : c’est un outil très utile, apte à transformer la forme scolaire (ce que j’appelle de mes vœux) mais il ne peut se passer de l’enseignant médiateur, tuteur, porteurs des valeurs de l’école républicaine.

Je sais que vous vous posez les mêmes questions que moi, que les conseillers pédagogiques, le recul est nécessaire pour éviter d’ajouter à l’angoisse un ressentiment ou une panique à l’égard de l’école.

Bien à vous tous. »

6. Message d’un maître d’école de Seine et Marne

Le rôle des enseignant.es est évoqué, dans la plupart des cas, uniquement sous l’angle du télétravail (donc, depuis chez soi, « à l’abri »). Dans les médias, on oublie le prisme de l’accueil des enfants des soignant.es et donc les risques accrus auxquels sont confronté.es les collègues qui sont volontaires pour ce faire… souvent sans gel hydroalcoolique, toujours sans masque - « la priorité est pour les soignant.es » nous répond l’administration. Depuis la déclaration de la porte-parole du gouvernement - qui aurait mieux fait d’aller aux fraises, ce jour-là - nous recevons des messages d’amour de la part de notre ministre - relayés parfois par les/des IEN. Rappelons que, souvent, les histoires d’amour finissent mal. En général.

5. Une collègue de Seine et Marne nous transmet les courriels des parents de ses élèves : « Un petit bouquet ! » nous dit-elle.

  Bonjour, Merci pour les devoirs. J’ai toujours admiré et respecté le travail des enseignants, mais là je dois dire que je vous respecte et je vous admire x 10. Le confinement n’a pas que du mauvais, ça nous permet de jouer à la maîtresse (lol), tout en apprenant. Bonne journée et bon courage !!!!   Bonsoir,  J’espère que vous et vos proches vont bien ?  Simplement un grand merci pour tous le temps que vous consacrez aux études de nos enfants ; pour le moment ça se passe plutôt bien. Pour ne pas courir, je décale d’un jour le travail pour ne pas attendre la connexion sur klassroom ; c’est génial que vous puissiez envoyer sur 2 jours. Merci pour tout.

E… vous dit bonjour et a envie que vous voyez ses progrès ; en même temps maman doit être un plus cool cool, niveau compte rendu. Lui, ça l’arrange ; moi je sais pas si je fais bien mais au moins chaque jour il apprend de nouvelles choses, ça reste un travail intense et une maman ne pourra pas remplacer votre savoir faire mais le fait qu’il me raconte comment vous procédez dans une journée type m’aide à essayer de vous suivre donc c’est pour tout cela que je vous remercie encore.  À très vite  Bonne soirée  N… la maman d’E…

Bonjour Maitresse, Merci pour les activités proposées et les devoirs. Avez-vous bien reçu mon précédent mail avec la fiche de poursuite de scolarité ? Je vous la joints à nouveau si tel n’est pas le cas. A… me charge de vous dire que vous lui manquez beaucoup et qu’il a hâte de revenir à l’école ! Portez-vous bien ainsi que votre famille. A bientôt.

Bonjour, Je vous envoie le doc de V… concernant sa poursuite de scolarité. Elle vous embrasse bien fort, vous lui manquez ;) Bonne journée ! J’espère que tout va pour le mieux chez vous ! Cordialement

Bonjour Madame L… Je vous remercie pour votre travail quotidien. Votre présence et votre disponibilité nous aident et nous rassurent durant cette période compliquée

4. Message d’un directeur / d’une directrice de Seine et Marne

Sachez que je me suis excusé auprès de Mme ..... dès 8h30. Les plannings changeant régulièrement, je ne me souvenais plus qu’elle était prévue dans les personnes volontaires pour cette semaine. J’ai donc fait une erreur et je le reconnais. Je me suis contenté d’envoyer les documents nécessaires aux enseignantes concernées.

De plus, je vous ferai remarquer qu’une grande partie de vos messages est envoyée en dehors des heures de travail et que vous indiquez de vous même en bas de chacun de vos courriels, et en gras : "Les courriels que je pourrais envoyer en dehors des heures de travail ne requièrent ni prise de connaissance, ni réponse immédiate."

Fort heureusement, j’ai pris sur mon temps personnel, comme tous les jours depuis le début du confinement, pour avertir les enseignantes qui devaient effectuer leur service dès aujourd’hui. J’ai imprimé, scanné et envoyé les documents par mail à Mme ......et Mme ....... hier soir à 20h. Car, avec un message arrivé à 18h20, si je me contentais de travailler sur mes horaires de travail, elles n’auraient pas pu assurer cette mission.

Je prends donc très mal le rappel qui vous me faites sur la continuité administrative qui vous est demandée. Je consulte ma boite mail une vingtaine de fois par jour, tous les jours de la semaine. En plus de ceci, j’effectue l’accompagnement pédagogique sur mes heures de travail ( répondre aux familles, accompagner les élèves, mise en place d’une classe virtuelle,etc ) ainsi que mes tâches administratives relevant de la direction d’école tout en répondant aux questions de mes collègues et des familles.

J’ai bien conscience que "cette situation n’est pas normale" comme vous l’indiquez dans votre mail et qu’elle est complexe à gérer pour chacun d’entre nous. Sachez que j’essaie tant bien que mal de faire ce que l’on me demande. Mais les "annule et remplace" fréquents depuis le début de cette crise ne font qu’ajouter de la complexité à cette situation.

Enfin , vous terminez vos propos par : "Si vous êtres souffrant, adressez-moi un mail et faites moi part du nom de votre adjoint ainsi que ses coordonnées pour que je lui transmette toutes les informations nécessaires à l’accueil des enfants". Je trouve ces propos humiliants et insultants. Ceux-ci sous-entendant que je ne dispose pas de toutes mes capacités pour assurer ma mission. J’ai la possibilité de me mettre en ASA comme vous le savez car j’ai 3 enfants mineurs ( 3, 6 et 11 ans) mais je me refuse à laisser mes collègues et les familles seuls dans la galère que nous vivons actuellement.

Donc oui, vous pouvez compter sur moi, mais je vous demanderai de bien vouloir mesurer vos propos et de ne pas être humiliant au regard de la fonction que vous occupez. Respectueusement,

3. Message d’une enseignante de Seine et Marne

Bonjour, Enseignante dans la circonscription de .........., j’ai reçu aujourd’hui des directives qui me mettent les nerfs à vifs ! Je vous les soumets : s’il y a des familles qui se sont connectées mais ne regardent pas le travail mis en ligne, ou que vous n’avez pas de retour du travail donné réalisé par l’enfant Il convient de contacter les familles par mail ou téléphone pour s’assurer que les enfants font bien le travail que vous demandez et insister sur l’importance du fait que l’enfant doit faire comme les autres. Sinon les écarts vont se creuser puisque cela peut être amené à durer.. Qu’en pensez-vous ? En vous remerciant par avance pour votre réponse, prenez soin de vous ! Cordialement

Voici la réponse de la collègue : Bonjour, Merci pour votre retour ! Votre soutien fait chaud au cœur ! Je n’ai malheureusement pas de mail de mon IEN, les directives m’ont été délivrées via whatsapp, par ma directrice, qui avait eu notre inspectrice au téléphone ce matin !

Message : S’il y a des familles qui se sont connectées mais ne regardent pas le travail mis en ligne, ou que vous n’avez pas de retour du travail donné réalisé par l’enfant (certaines m’ont demandé). Il convient de contacter les familles par mail ou téléphone pour s’assurer que les enfants font bien le travail que vous demandez et insister sur l’importance du fait que l’enfant doit faire comme les autres. Sinon les écarts vont se creuser puisque cela peut être amené à durer.

J’aurais envie de lui répondre que mes collègues et moi faisons aussi les APC, les PPRE, et les animations pédagogiques. Mais pas sûre qu’elle ait de l’humour !

Enfin, en tout cas, rien que de pouvoir vous en parler m’a fait du bien, je sais qu’on fait de notre mieux et qu’il faut en prendre et en laisser !

Portez vous bien aussi,

......, une enseignante qui devrait peut-être postuler pour cueillir des fraises ;-)

2. Message autour du télétravail

J’espère que tout va bien pour vous tous.

Je voulais juste vous soumettre mes difficultés par rapport au télétravail : d’abord, j’ai refusé d’aller à l’école depuis le début, je ne pouvais pas sortir de chez moi et je sais que j’ai raison de rester avec ma famille (j’ai d’ailleurs un grand fils à risque, donc je pense à lui entre autre)

Je suis désolée de ne pas pouvoir "garder" les enfants du personnel hospitalier et autres dont je suis solidaire, mais j’estime que l’on nous demande de faire des choses dans des conditions déplorables (sans matériel, masque et autre..).

Notre directrice est à l’école depuis le début et elle mérite bien une prime, comme tous ceux qui travaillent dans les écoles et dont on ne parle pas.

Quant au télétravail, c’est très compliqué : d’abord pour récupérer les mails des parents, liste incomplète donc certains vont passer à travers.

Pour proposer des activités simples à des parents qui n’ont pas toujours de matériel (on nous demande de rester chez soi, mais la hiérarchie autorise à ce que les parents viennent chercher des photocopies à l’école, c’est dément !!!), sans conseil de personne (où sont les conseillers pédagogiques ??) et à des parents qui ne pourront pas aider leurs enfants (allophones, ou illettrés..)

Nous travaillons avec notre propre matériel (sachez qu’à l’école, nous n’avons qu’un seul ordinateur, celui de la directrice pour 3 enseignants !!) j’ai un vieil ordinateur qui bugue, je n’ai pas toujours internet... quand ce ne sont pas les sites qui buguent aussi...

Je sais que nous vivons hélas une première, mais ce n’est pas facile..

1. Message d’une Conseillère pédagogique de Seine et Marne

Bonjour, Je suis conseillère pédagogique et j’en ai assez d’entendre les médias proposer sans cesse des palliatifs à la fermeture des écoles SANS JAMAIS parler du télétravail des enseignants de l’Education Nationale, qui travaillent d’arrache pied depuis l’annonce de fermeture à la continuité des apprentissages de leurs élèves (recherche de contenus, innovations de tout genre, auto-formation express si besoin aux médias numériques, appels aux familles...). Il me semble que le rôle des représentants du personnel est aussi de faire mettre en valeur dans la société un travail qui semble être ignoré de tous sur la place publique. Pourriez-vous alerter également le ministère sur ce point ? Merci de faire de votre mieux comme tout un chacun dans cette épreuve de confinement. Je compte sur vous et sans doute mes collègues silencieux mais concernés au premier chef également. Cordialement

 

48 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp - FSU Seine et Marne 77, tous droits réservés.