www.snuipp.fr

SNUipp - FSU Seine et Marne 77

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Droits et libertés 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
14 mars 2019

Lutte contre les LGBTphobies à l’école primaire

Pourquoi lutter contre les LGBTphobies dès l’école primaire ? Article paru dans la Tribune de Janvier/Février 2019.

La commission contre les LGBTphobies : un engagement au nom de l’égalité entre tous les êtres humains

Manif pour tous, brochure vigi-gender, levée de boucliers contre l’éducation à la sexualité…dans ce 21eme siècle où nous pensions que la France en avait fini depuis longtemps avec l’obscurantisme, voilà qu’un panel d’extrémistes et d’intégristes de toutes sortes jetait à bas les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. Belle performance que d’arriver à fouler aux pieds avec une telle facilité les trois pans de la devise de la République française ! Cette intolérance est inacceptable et, au SNUipp-FSU, nous n’aurons jamais de cesse de la combattre !

C’est justement pour développer des moments de partage et de réflexion sur les grandes thématiques égalitaires afin de sensibiliser et d’informer les collègues, que la FSU a créé des commissions de réflexion et de travail ayant trait aux libertés individuelles et aux droits de l’homme : lutte contre l’extrême-droite et la xénophobie, contre les atteintes à la dignité humaine, et bien entendu contre les discriminations. C’est ainsi qu’est née la commission syndicale de lutte contre les LGBTphobies en 2004.

C’est une commission que j’ai rejointe en 2017. Avec 11 autres membres venant de toute la France, tous-tes enseignant-es et militant.es actif-ives du SNUipp-FSU, nous sommes engagé-es dans la défense des libertés individuelles et de l’épanouissement de chacun des élèves. Les thèmes dont nous débattons sont nombreux : égalité femmes-hommes, sexisme, éducation à la vie affective et sexuelle… Faute de place, je me limiterai ici à vous expliquer en quoi, selon moi, il est indispensable de lutter contre l’homophobie à l’école primaire.

Mais au fait, pourquoi étudier ce thème à l’école et ne pas attendre le collège ? Et bien avant tout parce que, dans nos classes, nous accueillons des élèves, futurs adultes, qui n’évolueront pas dans l’hétérosexualité. Et si nous nous reconnaissons comme voulant aider et accompagner chacun-e de nos élèves à trouver sa place dans la société et à s’épanouir, alors nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour y parvenir. En effet, il faut savoir que le taux de suicide chez les adolescent-es LGBTI(1) est supérieur à celui des adolescent-es hétérosexuel-les. D’où vient ce mal-être profond ? Des insultes homophobes qui pleuvent dans les rues et les cours de récréation ? (+4,8% de témoignages LBGTphobes en 2017, et un aberrant +38% en milieu scolaire ! (2) « Pédé » est l’insulte la plus populaire à l’école ! Qui, parmi nous, ne l’a jamais entendue prononcée en récréation ?)

Ces individus qui rejettent ou violentent les personnes LGBTI par leurs actes ou par leurs mots, réagiraient-elles ainsi si elles avaient été sensibilisées dès l’école primaire à l’acceptation de TOUTES les différences ? En effet, c’est en plantant leurs graines très tôt, que ces fleurs de la tolérance pourront éclore et grandir. Surtout qu’elles seront confrontées très tôt aux normes et aux stéréotypes de genre de la société. En effet, c’est cette même société qui définit les caractéristiques des genres féminins et masculins (3) : pilosité, coupe de cheveux, vêtements…tout est orienté sur un sexe ou l’autre, il suffit d’ailleurs de se promener dans n’importe quel magasin de jouets pour s’apercevoir que le bleu est la couleur des garçons et le rose celle des filles… bienvenue dans les joies du marketing genré ! (4) Et gare à celui ou celle qui s’en écarte et ne correspond pas aux représentations de la société ! On imagine dès lors sans peine en quoi les sexualités autre que l’hétérosexualité dérangent : elles n’obéissent pas à la norme qui dit qu’un garçon et une fille doivent tomber amoureux du sexe opposé. Même écueil pour nos élèves qui grandissent dans des familles homoparentales et sont questionnés par leurs camarades. Nous devons sensibiliser nos élèves afin d’éviter toute stigmatisation !

Ces fausses représentations doivent être déconstruites dès l’école primaire, et ce malgré les multiples freins qui se proposent de nous en empêcher : sous-information et non-formation institutionnelle des collègues, très peu de relais de la hiérarchie sur la campagne contre l’homophobie à l’école (sur les 26 académies métropolitaines, seules 8 ont relayé cette campagne ! Précisons cependant, et c’est tout à son honneur, que celle de Créteil en fait partie, cf. doc.1)…

A noter une annonce ministérielle du 28 janvier 2019 concernant le lancement d’une nouvelle campagne de lutte contre les LGBTphobies, mais est-ce un nouvel écran de fumée ou une volonté réelle de changer les choses ? (cf. doc.2)

Je propose à la lecture des références de documentation qui peuvent contribuer à se saisir de ce thème en équipe, dans l’objectif d’être intégré dans un axe de projet d’école. Ces sujets sont très simples à traiter en utilisant le merveilleux support que nous fournit la littérature de jeunesse : parler des stéréotypes de genre, de l’égalité entre les hommes et les femmes, ou des sujets LGBTI, est facilité par cet outil qui est familier à tous. (cf. bibliographie). Bien entendu, une solide communication doit être mise en place en parallèle avec les parents d’élèves, afin de leur expliquer pourquoi nous parlons de ce sujet en classe et de leur rappeler, à toutes fins utiles, que les thématiques égalitaires font partie des programmes scolaires et que chaque enseignant sait adapter son discours à l’âge de ses élèves.

Renaud Le Men

Lexique :

- (1)LGBTI : Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transgenres et Intersexes
- (2)Source : Rapport sur l’homophobie 2018, de SOS homophobie
- (3)Si l’on admet que de tels genres existent…Car n’y aurait-il pas un seul genre, le genre humain ?
- (4)Type de marketing orienté sur le sexe de la cible

Bibliographie :

Cette bibliographie est très ciblée, vous trouverez bien d’autres titres sur l’excellent site du SNUipp 72 (merci pour tout ton travail Arnaud) et même des fiches de préparation sur le site du SNUipp 62 pour traiter ces sujets à partir de la PS (un grand merci pour toutes ces fiches Maxime).

Stéréotypes de genre :
- Tu peux, d’Elise Gravel (livre en téléchargement gratuit)
- Marre du rose, de Nathalie Hense et Ilya Green

Homoparentalité :
- Tango à deux papas, et pourquoi pas ? de Béatrice Boutignon
- L’heure des parents, de Christian Bruel

Homosexualité :
- Philomène m’aime, de Jean-Christophe Mazurie

Sources :

- Tous les enrichissants débats que nous avons eus dans la commission
- L’égalité, ça s’apprend (Fenetre s/ cours de mars 2018)
- Rapport SOS homophobie 2018, de SOS homophobie
- Fenêtre s/ cours spécial Éduquer contre l’homophobie à l’école primaire, dossier 24 pages
- Éduquer contre l’homophobie à l’école primaire, dossier complet (265 pages)

 

80 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp - FSU Seine et Marne 77, tous droits réservés.