www.snuipp.fr

SNUipp - FSU Seine et Marne 77

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : CHSCT 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
10 février 2017

CONDITION DE TRAVAIL : Les enseignants face aux Risques Psychosociaux

En 2013, la DARES (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques, du ministère du travail) a intégré les enseignants à son enquête par questionnaire sur les conditions de travail. Les résultats ont été analysés et publiés par la DEEP en décembre 2016.

La comparaison avec les cadres du privé et du public qui est réalisée dans cette étude montre que les enseignants sont plus exposés aux risques psychosociaux. Ils le sont de manière très significative mais il ne faut pas oublier pour autant que d’autres professions de la Fonction publique non classées dans les cadres sont aussi touchées par les RPS.

Rappelons par ailleurs que, dans tous les cas, quel que soit le niveau de risque, l’employeur est responsable de la santé au travail de ses personnels.

L’enquête montre que les enseignants n’ont pas été épargnés par la dégradation des conditions de travail observée dans tous les secteurs professionnels depuis le début des années 2000.
- S’ils ont plus que les autres le sentiment d’être utiles, surtout dans le premier degré, ils font aussi plus fréquemment le constat d’un manque de soutien de leur hiérarchie : 38,7 % des professeurs du premier degré et 29,8 % du second degré considèrent que leur supérieur ne les aide pas à mener à bien leurs tâches, le pourcentage étant bien plus élevé lorsqu’il s’agit d’être aidé face à une situation délicate ou compliquée.
- À cela s’ajoute une formation continue insuffisante ou inadaptée pour 80,7 % des enseignants du premier degré et 63,8 % des enseignants du second degré et le manque de moyens matériels.
- Parallèlement, les tensions avec les usagers, la confrontation avec des personnes en détresse ou la nécessité de devoir « calmer des gens » apparaissent comme des risques professionnels très fréquemment vécus, d’autant plus difficiles à assumer que le métier s’exerce dans la solitude.

Celle-ci est sans aucun doute renforcée par l’intensification du travail enseignant (se dépêcher, travailler sous pression, y penser tout le temps), surtout dans le premier degré, qui ne permet pas de dégager les temps d’échanges pourtant indispensables.

Hervé Moreau, revue Pour, février 2017

 

9 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp - FSU Seine et Marne 77, tous droits réservés.