www.snuipp.fr

SNUipp - FSU Seine et Marne 77

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Carrière  / Direction d’école 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
23 août 2016

DIRECTION : A la recherche du temps perdu...

La direction d’école continue de souffrir d’une surcharge de travail et d’un manque de temps. Le chantier ouvert par le ministère n’a pas permis une amélioration significative des conditions de travail des directrices et directeurs.

Dans une enquête conduite par le SNUipp-FSU en 2013, les directrices et directeurs demandaient en priorité des avancées concrètes en terme :
- de temps (87,69%),
- de reconnaissance salariale (84,22%),
- et d’allègement de la charge de travail administratif (78%)

Ces exigences sont toujours d’actualité, d’autant plus que de nouvelles missions se sont ajoutées : mise en place et suivi de la réforme des rythmes scolaires, mise en place des mesures de sécurité renforcées, mise en œuvre des réformes pédagogiques…

Le chantier métier : un bilan décevant

Depuis trois ans, le « Chantier métier » ouvert par le ministère a permis quelques petites avancées sur le temps de décharge, sur le déroulement de carrière, sur le régime indemnitaire et sur l’allègement des tâches. On est loin cependant des modifications substantielles nécessaires pour revaloriser la fonction qu’exprimaientsans détour les directrices et directeurs et qui ont été portées par le SNUipp-FSU lors des discussions.

- Un peu plus de temps

Les plus petites écoles, de 1 à 3 classes, ont vu leur temps de décharge légèrement augmenter mais restent tributaires des moyens de remplacement par ailleurs exsangues. Les écoles maternelles de 8 classes et élémentaires de 8 et 9 classes voient aussi le temps de décharge augmenter.

- 36% des écoles n’auront toujours pas de décharge hebdomadaire.

Plus d’un tiers des directrices et directeurs d’écoles continueront d’effectuer les taches hors le temps « de classe ».

Simplification administrative : des déclarations non suivies d’effets

La simplification administrative était l’un des engagements du chantier métier « Direction d’école ». Depuis deux ans, des groupes de travail réunissant des directeurs, les syndicats et l’administration se sont réunis dans les départements et parfois dans les rectorats.

Au final, dans la plupart des départements, l’administration départementale s’est contentée d’un catalogue de principe : ne pas envoyer de mails doublons, indiquer clairement l’identité de l’expéditeur, mettre en place une newsletters…

Tout ça pour si peu ! Les retours des directrices et directeurs dans les départements sont quasiment tous identiques : rien ou presque n’a changé. C’est pourquoi le SNUipp-FSU a pesé pour que le ministère ré-ouvre ce chantier. Ce sera chose faite le 7 septembre prochain.

Aide administrative : toujours trop peu

La situation reste toujours aussi tendue sur l’aide administrative à la direction d’école. Au mieux, une école sur trois bénéficie d’une aide administrative. Par ailleurs ces emplois sont occupés par des personnels recrutés sur des contrats aidés de 12 mois (CDD), renouvelables une seule fois et limités à 20 heures hebdomadaires alors que le temps scolaire est a minima de 26 heures.

Ces personnels voient donc leur contrat se terminer au bout de 24 mois, au moment où ils ont acquis un niveau de connaissance du système scolaire et une compétence professionnelle. C’est une situation absurde, injuste pour eux et inefficace pour l’école.

La création d’emplois « administratifs », relevant du statut de la fonction publique, est nécessaire au bon fonctionnement des écoles.

 

20 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp - FSU Seine et Marne 77, tous droits réservés.