www.snuipp.fr

SNUipp - FSU Seine et Marne 77

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Le SNUipp-FSU 77  / Actions  / Actions 2015-2016 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
2 mars 2016

ACTIONS : Mars et ça repart !

Le mois de mars s’annonce chargé en actions concernant la revalorisation du pouvoir d’achat des fonctionnaires et concernant le projet de réforme du Code du Travail.

Fonction publique

Les organisations syndicales haussent le ton : si une augmentation significative des salaires n’est pas annoncée le 17 mars par la ministre de la Fonction publique, elles appelleront à la grève le 22 mars.

PNG - 52.9 ko

Le mardi 22 mars, les organisations syndicales FSU, CGT, CFDT, CGC, FA-FP, Solidaires et UNSA appelleront l’ensemble des agents de la Fonction publique à la grève si les propositions salariales ne se traduisent pas par une augmentation significative des salaires. C’est le message porté dans l’unité auprès du gouvernement alors que la nouvelle ministre de la Fonction publique vient d’annoncer aujourd’hui que le rendez-vous salarial promis serait finalement décalé au jeudi 17 mars en raison du récent remaniement ministériel.

Pour les organisations syndicales, l’heure doit être au dégel significatif de nos salaires bloqués depuis plusieurs années.

Déjà, le 26 janvier dernier, la profession à l’appel du SNUipp-FSU avait mis la pression sur le gouvernement et porté ses exigences aussi bien en terme de revalorisation du point d’indice que d’ISAE portée à 1 200 euros et ce, dans la perspective des discussions à venir fin mars sur ce dernier sujet.

Aujourd’hui, avant même l’ouverture des négociations, le gouvernement s’entête à parler de « mesures symboliques » voire même de maintien du gel, ce qui est proprement inadmissible. Les propositions précises vont être dévoilées le 17 mars.

Le rendez-vous salarial doit déboucher sur des mesures fortes. Dans le cas contraire, les syndicats dont le SNUipp-FSU appelleront à la mobilisation des agents de la Fonction publique et donc des enseignants des écoles à la grève le 22 mars.

Code du Travail

La présentation du projet de loi « visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs » (sic !) a entraîné de nombreuses réactions.

Presque 900 000 signatures de la pétition « Loi travail : non merci ! »

Des organisations de jeunesse (UNEF, Solidaires Etudiant-e-s, UNL, SGL, FIDL, DIDF-Jeunes, Génération Précaire, OLF, AL, Ensemble jeunes, Mouvement des Jeunes Communistes de France, Jeunes écologistes, JOC, Jeunes Socialistes, MRJC, ND-Campus, NPA jeunes, PG, UEC, CGT Jeunes) qui appellent à manifester dès le mercredi 09 mars.

Loi Travail : un projet inacceptable, des mobilisations indispensables

Le gouvernement a annoncé hier le report de la présentation du projet de loi « visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs ». Ce report fait suite notamment à une mobilisation « citoyenne » historique sur internet et à la prise de position de la plupart des organisations syndicales qui dans un communiqué commun ont dénoncé l’absence de concertation et les risques pour les salariés et les jeunes qui aspirent à accéder à l’emploi.

Pour le SNUipp-FSU, ce projet est un pas supplémentaire dans la réduction des droits et des garanties offertes aux salariés et aux jeunes. Nombre d’éléments contenus dans ce texte sont inacceptables, comme le plafonnement du barème des indemnités prud’homales, la facilitation des licenciements économiques, l’inversion de la hiérarchie des normes, l’augmentation du temps de travail des apprentis mineurs ou encore nombre de dispositions relatives à la formation professionnelle...

Ce projet de loi dans sa globalité comme dans sa philosophie n’est pas acceptable. Il devra être réellement rediscuté avec les organisations syndicales sur d’autres bases avec l’objectif de conquérir des droits nouveaux pour les salariés, les jeunes et les chômeurs pour notamment faire face à la situation économique et sociale et au chômage de masse.

Dans ce contexte, le SNUipp, avec la FSU, est partie prenante des mobilisations qui se construisent dès à présent. Il soutient l’appel aux manifestations et aux rassemblements des organisations de jeunesse le 9 mars et appelle les personnels du premier degré à y participer.

Afin de couvrir les collègues, qui participeront aux mobilisations organisées par les organisations de jeunesse le 9 mars, la FSU a déposé un préavis de grève.

L’appel unitaire régional :

PDF - 298.5 ko
Appel commun 9 mars 2016

 

26 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp - FSU Seine et Marne 77, tous droits réservés.