www.snuipp.fr

SNUipp - FSU Seine et Marne 77

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Educatif  / Education prioritaire 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
24 novembre 2014

Education prioritaire
La Seine-et-Marne le département le plus maltraité de France !!

Inouï, ce sont 10 réseaux qui disparaissent de la carte de l’éducation prioritaire en Seine-et-Marne. 10 collèges qui ne seront plus classés en éducation prioritaire. Comme si les difficultés scolaires lourdes qui justifiaient leur classement avaient toutes disparu du jour au lendemain !

Et, étonnement ou pas, ce sont essentiellement des collèges ruraux.

Si nous n’avons pas eu la liste des écoles classées en REP au cours du groupe de travail du 24 novembre, les annonces du ministère n’augurent rien de bon. Ce sont bien toutes les écoles des secteurs de ces 10 collèges qui devraient sortir également de la carte Education Prioritaire.

Dans ces zones rurales en grandes difficultés, notamment dans l’accès aux services publics. Dans ces zones rurales isolées, où les difficultés des services sociaux et des réseaux associatifs peuvent expliquer qu’il y ait un peu moins de boursiers que dans les zones urbaines. Dans ces zones rurales, où bien évidemment le classement en ZUS (Zone Urbaine Sensible) est impossible...

Ainsi pour les zones rurales en Seine-et-Marne, c’est double peine ! Pour la FSU, c’est au contraire de moyens dont la Seine-et-Marne et l’Education ont besoin.

Ci-dessous, la liste des collèges qui sortent de l’éducation prioritaire (pour les collèges qui restent + Noisiel, c’est ICI) :


- Chateau Landon, collège Pierre Roux
- Chelles, collège Camille Corot
- Dammarie Les lys, collège Robert Doisneau
- Emerainville, collège Van Gogh
- La Ferté-sous-Jouarre, collège La Rochefoucault
- Lizy-sur-Ourcq, collège Camille Saint-Saens
- Lorrez-le-Boccage-Préaux, collège Jacques Prévert
- Nemours, collège Arthur Rimbaud
- Souppes-sur-Loing, collège Emile Chevalier
- Villiers-Saint-Georges, collège Les Tournelles

Sur les collèges, et leur secteur, qui seront labellisés REP et REP+, nous n’avons obtenu aucune assurance que toutes les écoles du secteur seraient classées automatiquement ! Si, pour le moment, l’administration nous a assurés que les indemnités et les points ZEP seraient conservés, il y a fort à parier que nous perdrions dès la rentrée 2016 le seuil ZEP (25 élèves par classe ), les moyens supplémentaires ( plus de maîtres, coordo… ) avec les fermetures inévitables que cela pourrait entraîner !

Pour toutes ces raisons, le SNUipp77 avec la FSU77 appellent les enseignants de toutes les écoles de l’éducation prioritaire à prendre contact avec les parents, les enseignants des collèges, à se réunir et se mobiliser !

Pour défendre nos écoles, nos élèves qui en ont le plus besoin, demandez des audiences pour comprendre les choix qui ont été faits, et inversez la tendance ! Les militants du SNUipp-FSU77 vous accompagnent : N’hésitez pas à nous contacter pour tout questionnement, par courriel snu77@snuipp.fr, par téléphone 01.64.09.54.00.

Un préavis sur les moyens de l’Ecole est déjà posé jusqu’aux vacances de Noël.


Ci-dessous, la motion que nous avons présentée au CDEN du 24 novembre 24014. Nous regrettons que FO n’ait pas souhaité s’associer à notre démarche.

Motion du Conseil Départemental de l’Education Nationale de Seine-et-Marne
du 24/11/2014

La Seine-et-Marne connaît depuis des années un taux d’encadrement parmi les plus faibles de France, que ce soit dans le premier degré ou dans le second degré. Or, nous avons appris ce matin que notre département allait être particulièrement touché par la refonte de l’Éducation Prioritaire. De nombreux établissements, notamment ruraux, risquent de perdre les moyens qui leur étaient alloués jusqu’ici pour faire face aux besoins des populations défavorisées socialement. Cette nouvelle est vécue comme un abandon de l’Etat, tant les besoins sont grands, tant les moyens sont nécessaires, pas moins à la campagne qu’à la ville.

La Seine-et-Marne fait partie de l’académie de Créteil. A ce titre, elle doit bénéficier, elle aussi, de mesures d’exception. La prise en compte des véritables besoins de la Seine-Saint-Denis ne doit pas et ne peut pas se faire à moyens constants dans notre académie. Elle ne doit pas faire oublier les autres besoins éducatifs tant en Seine-et-Marne que dans le Val-de-Marne.

Le Conseil Départemental de l’Education Nationale de Seine-et-Marne réuni le 24 novembre 2014 demande un plan exceptionnel de rattrapage pour la Seine-et-Marne pour compenser et anticiper la hausse démographique constante de notre département, et pour qu’aucun élève de l’académie de Créteil ne soit abandonné dans des zones de relégation dépourvues de moyens.

Premiers signataires : FCPE77 - UNAAPE77 - DDEN77 - FOCEL77 - FSU77 - SGEN-CFDT77 - UNSAéducation77 - Marie Richard, vice présidente du Conseil Général 77 - M. Fourmy, maire de Signy Signets


Lire aussi :
La Seine-et-Marne, le parent pauvre de l’éducation prioritaire

Le communiqué de la FSU77

La déclaration lue en CDEN le 24 novembre

PDF - 73.6 ko
Declaration du SNUipp-FSU77 au CDEN du 24 11 2014

 

12 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp - FSU Seine et Marne 77, tous droits réservés.