www.snuipp.fr

SNUipp - FSU Seine et Marne 77

Thèmes abordés


14 octobre 2014

De l’irrespect institué comme mode de conduite au sommet de l’administration départementale...

Mardi 14 octobre 2014, les représentants du SNUipp-FSU77 se sont rendus à la CAPD de bilan de rentrée avec la volonté, une nouvelle fois, de jouer leur rôle d’élus en portant la parole des collègues.

C’est ce que nous avons fait dans une déclaration liminaire (voir pièce jointe) qui n’était que le reflet de la lassitude, de l’exaspération, de l’incompréhension qui remontent des salles des maîtres, des réunions de secteurs, des Réunions d’Information Syndicale organisées hier.
Force est de constater que, pour l’inspectrice d’académie, toute vérité n’est pas bonne à dire !

PDF - 33.2 ko
2014 10 14 declaration SNUipp-FSU77

Et sa réaction a été à la hauteur de l’amateurisme dont la rectrice a fait preuve pour l’organisation du débat sur la refondation.

Remise en cause des représentants

En effet, oubliant le rôle qui est le nôtre dans des instances comme la CAPD, Madame l’inspectrice d’académie s’est interrogée sur le sens de nos déclarations et de nos interventions.
Pour elle, nos propos sont dénués de tout sens des réalités puisque, lorsqu’elle rencontre des enseignants, ces derniers font état d’éléments positifs, alors que les représentants sont uniquement dans le négatif. « Si on vous écoutait, on se jetterait du 15e » dit-elle. N’allons pas jusque-là, Madame, mais essayez, sans passer par le grand saut, de remettre les pieds sur terre... et essayez de prendre conscience que, de votre grande tour, vous niez la réalité du terrain.
D’après l’inspectrice d’académie, la rentrée montre une nette amélioration du taux d’encadrement en Seine-et-Marne...

Cher-es collègues, sachez que vu du 15e étage de la tour d’argent de l’inspection académique, vous devez donc constater avoir nettement moins d’élèves dans vos classes, et des conditions de travail sacrément améliorées !!!

Rien de nouveau sur les rythmes

Sur sa lancée, l’inspectrice d’académie a évoqué les rythmes à travers son passage au congrès des maires de Seine-et-Marne la semaine dernière. Selon elle, lors de ce congrès, il n’y a eu aucune intervention sur l’annulation de la demi-journée de consultation, mais uniquement sur les rythmes, les questions ayant été très concrètes et ne révélant rien de nouveau par rapport à l’an dernier, de simples ajustements étant nécessaires. Des rythmes vus uniquement sous le prisme des mairies, sans prise en compte du point de vue des enseignants.

Et le couac de la demi-journée de consultation

Puis son introduction s’est poursuivie sur la question de la demi-journée de consultation des enseignants, madame l’inspectrice cherchant à justifier la communication minimaliste fournie aux écoles par ses services pour informer de l’annulation de la demi-journée de consultation.

Madame l’inspectrice d’académie précise que la rectrice « ne souhaitait pas mettre en difficulté les partenaires » (conseil général et mairies) d’autant que, « après un dépôt de référé en suspension, se pose le problème du jugement, lié à la personnalité du juge, ce qui a conduit à un principe de précaution ».

A la question de savoir quand serait reportée la demi-journée de consultation sur les programmes et le socle, madame l’inspectrice d’académie répond laconiquement : « Je ne me prononce pas sur l’avenir, mais sur le présent, on en reparlera en temps utile. »

Le ton employé par madame l’inspectrice, lors de cette instance, est monté considérablement, ne laissant aucune place au dialogue et aux échanges. Nous sommes réintervenus sur les difficultés dans lesquelles ont été mis les directrices-teurs avec le mot minimaliste envoyé dans les écoles.
Madame l’inspectrice interrompt systématiquement ses interlocuteurs, les empêchant d’aller au bout de leurs propos.
L’inspectrice d’académie estime que, muni de ces outils et du courrier destiné aux enseignants, chaque directeur était en mesure de fournir aux parents les explications nécessaires !

Nous avons pu alors entendre : « Vous n’avez que ça à faire ! Nous, non ! J’en ai assez de ces procès d’intention. Les directeurs étaient largement en capacité de donner les informations, grâce au courrier envoyé dans les écoles. »

Elle a décidé de clore cette conversation qu’elle a jugée « tout à fait stérile », sans répondre aux questions posées.

Elle estime que le « couac » de cette demi-journée n’était pas du fait des enseignants, certes, mais pas non plus celui de la rectrice.

Propos inadmissibles, communication et dialogue inexistants, nous quittons la salle !

Nous, représentants élus des personnels enseignants de Seine-et-Marne, ne pouvant accepter de tels propos insultants envers notre profession dans son intégralité, avons précisé que nous étions arrivés, à cette CAPD, dans un esprit de dialogue. Constatant le manque flagrant d’écoute, de dialogue, voire de respect, à travers le ton employé par madame l’inspectrice d’académie, nous avons décidé de quitter la séance.
Nous regrettons que les autres organisations syndicales n’aient pas pris la même décision.

 

35 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp - FSU Seine et Marne 77, tous droits réservés.